Prévention des caries

Causes et prévention des caries

870445292

Les caries sont littéralement des trous dans les dents. En raison de la détérioration progressive de la dent, la carie peut finir par atteindre le nerf et causer une infection grave, une douleur extrême et la perte de la dent.

La carie dentaire est la maladie la plus fréquente au monde, mais heureusement, elle est totalement évitable si l’on adopte une bonne hygiène bucco-dentaire. Découvrez comment se produit la détérioration des dents et ce que l’on peut faire pour éviter qu’elle ne se transforme en caries.

Formation des caries

Longtemps avant que des caries n’apparaissent, la détérioration dentaire commence généralement par une accumulation de plaque dentaire.

Le site e-sante.be explique que la plaque dentaire est constituée de protéines et de bactéries. Les protéines viennent de la salive et des aliments qui sont passés par la bouche ; les bactéries, elles, sont présentes naturellement dans la bouche et se nourrissent des déchets alimentaires. Une fois mélangées aux protéines, elles forment un film blanchâtre, quasiment invisible, qui se dépose sur les dents continuellement (cela commence quelques minutes après le brossage à peine), lequel met en danger la santé des dents et des gencives. Elle contient beaucoup de bactéries, qui se nourrissent des sucres contenus dans les aliments et les boissons. Cela génère des acides qui attaquent l’émail des dents et entraînent la perte de ses minéraux naturels (« déminéralisation »).

Normalement, après avoir mangé, la salive neutralise l’acidité et restaure la teneur en minéraux de l’émail (« reminéralisation »). Vous allez ensuite vous brosser les dents et passer du fil dentaire pour éliminer la plaque dentaire avant qu’elle ne puisse causer des dégâts. Toutefois, cela ne se passe souvent pas comme cela.

Une mauvaise routine d’hygiène bucco-dentaire laisse s’accumuler la plaque dentaire et les bactéries, ce qui augmente la sévérité des attaques acides sur les dents. En cas de grignotages fréquents, les dents sont soumises à des attaques acides pendant plus longtemps, et la salive ne peut plus reminéraliser les dents assez rapidement, ce qui entraîne une « perte nette » des minéraux de l’émail.

Cette perte de minéraux se produit en dessous de la surface, détériorant la dent depuis l’intérieur. C’est la raison pour laquelle la détérioration dentaire peut être difficile à détecter à un stade précoce. Le dentiste peut utiliser une lumière spéciale pour identifier un début de détérioration, qui apparaît sous forme de taches blanches.

La détérioration dentaire est un processus généralement très lent. Au tout début, elle peut encore être traitée et inversée avant qu’elle ne se transforme en carie. Dans ce cas, il est probable que le dentiste recommande un dentifrice et un bain de bouche à haute teneur en fluor et/ou un traitement au vernis fluoré, qui peuvent permettre de reminéraliser et renforcer l’émail. Toutefois, si vous ne vous rendez pas régulièrement chez le dentiste, ces lésions blanches peuvent facilement passer inaperçues.

Si la détérioration dentaire n’est pas traitée, la zone « creuse » à l’intérieur de la dent va s’agrandir jusqu’à ce que la dent devienne si faible que sa surface va se rompre : une carie est présente.

Une fois la carie apparue, la détérioration ne peut plus être inversée et la carie doit être traitée.

Autres facteurs de risque de caries

Même si un régime alimentaire riche en sucre et les grignotages fréquents constituent les facteurs de risque les plus courants de détérioration dentaire et de caries, ils sont loin d’être les seuls. Certains problèmes médicaux peuvent également accroître ce risque, à savoir :

Sécheresse buccale : la salive contrôle la plaque dentaire sur les dents et neutralise les acides du sucre. Mais en cas de sécheresse buccale (xérostomie) due à une affection médicale ou à un médicament, la salive peut ne plus jouer ce rôle.

Altération de la mobilité : en cas d’affection altérant la mobilité et/ou les capacités motrices, comme l’arthrite, il peut être plus difficile de se brosser les dents de façon efficace.

Traitement des caries

Une fois la carie formée, le traitement dépend de la sévérité de la détérioration. Pour les petites caries, le dentiste peut éliminer la détérioration et combler la dent. Si la carie a atteint la pulpe et le nerf, il peut décider qu’il faut pratiquer une dévitalisation (traitement radiculaire). Cette procédure implique de retirer la pulpe et le nerf, de nettoyer la dent, puis de l’obturer. En cas de détérioration extrême, il ne sera peut-être pas possible de sauver la dent. Dans ce cas, le dentiste recommande de l’extraire. Il est important de noter que toutes les solutions mentionnées doivent être évitées si possible. Les obturations finissent généralement par tomber ou se détériorer pour diverses raisons et la dévitalisation est une procédure assez conséquente. Et bien évidemment, tout le monde souhaite conserver ses dents naturelles le plus longtemps possible. Afin d’éviter le recours à ces traitements, il est toujours mieux de prévenir la détérioration dentaire ou de l’inverser à un stade précoce.

Prévention des caries

Une fois la carie formée, la détérioration ne peut être que « rapiécée ». Les Cliniques universitaires Saint-Luc donnent quelques conseils pour prévenir les caries dentaires. - Au niveau de l’alimentation, veiller à ce qu’elle soit équilibrée avec un apport limité et raisonnable en sucre. Idéalement, il faudrait même ne pas manger de sucre du tout, ce qui est difficile dans la pratique.

  • Le brossage des dents doit se faire idéalement après chaque repas et au minimum deux fois par jour. Le soir, après s’être brossé les dents, surtout ne plus rien manger ni boire sauf de l’eau. La brosse à dents peut être manuelle ou électrique. L’électrique a l’avantage de réaliser directement les mouvements circulaires essentiels pour brosser les espaces interdentaires où se loge la plaque dentaire.
  • Il convient d’employer un dentifrice au fluor : quand le tissu dentaire est déminéralisé, le fluor s’insère dans la composition du tissu dentaire et le répare. Cela rendra le tissu plus résistant aux futures attaques acides.

Il faut souvent du temps pour améliorer les habitudes bucco-dentaires et modifier les comportements comme le grignotage ou la consommation d’aliments sucrés. En attendant, pour protéger vos dents, le dentiste peut recommander d’augmenter votre exposition au fluor, par exemple, avec un dentifrice ou un bain de bouche à haute teneur en fluor prescrit sur ordonnance, des gels fluorés ou des applications régulières de vernis fluoré.

Le site e-sante.be indique que le chewing-gum sans sucre est bon pour les dents. En effet, comme le mode d’action du chewing-gum passe par la salivation, lorsque l’on mastique un chewing-gum, la production de salive augmente. Or celle-ci favorise l’élimination des débris alimentaires et notamment du sucre qui contribuent à la formation de la plaque dentaire et des caries. La salive aussi contribue à neutraliser l’acidité produite par les bactéries bucco-dentaires. Enfin, cette hausse de la salive augmente la teneur en calcium et en phosphate, deux éléments qui aident à renforcer l’émail des dents.

Il faut également souligner l’importance de consultations régulières chez le dentiste. Plus la détérioration dentaire est détectée tôt, meilleur est le résultat du traitement. Vous ne remarquez probablement pas la détérioration dentaire au stade précoce, mais cela fait partie des compétences du dentiste, qui pourra la traiter avant qu’elle n’entraîne des complications. Si vous n’êtes pas allé(e) chez le dentiste depuis un petit moment, il est temps d’aller faire un bilan !

Produits associés